Créer un site internet

NOTRE UNIVERS EN QUELQUES MOTS...

L’Univers tel que nous l’observons aujourd’hui pourrait se résumer et se définir ainsi :

Des particules de matière régies par des forces prédéterminées s'organisent et se complexifient au fil de la nucléosynthèse produite au cœur des étoiles et de la vie qui apparait sur des planètes océans. Ceci dans un espace-temps en constante expansion et avec des trous noirs super massifs comme chefs d'orchestre.

 

L’Univers en quelques mots :

Toutes les observations que nous faisons du Cosmos conduisent aujourd’hui à penser que l’Univers dans son ensemble serait né il y a 13,8 milliards d’années d’une « singularité », c’est-à-dire d’un point minuscule.

Ce minuscule point contenait tout. L’espace, le temps et la matière sous forme de particules. Sans oublier les 4 forces qui allaient permettre de créer tout ce que nous observons. Voici ces 4 forces : les nucléaires faibles et fortes, la force électromagnétique, et la gravité. Il est intéressant de noter que la valeur de chacune permet de créer l'Univers que l'on observe. En effet, si une de ces forces n'affichait, ne serait-ce qu'une toute petite différence, notre Univers serait stérile !

A un moment, le bébé Univers s’est mis à rentrer en expansion, à se dilater de façon fulgurante. Les physiciens appellent cette période « l’inflation ».

Du « néant » serait donc né assez rapidement dans un espace-temps en expansion de quoi fabriquer des étoiles à partir de gigantesques nuages d’un gaz, l’hydrogène, créé en abondance aux tous premiers instants de l’Univers. Il s’agit de l’atome le plus simple et le plus abondant encore aujourd’hui.

Après un ou deux milliards d'années d'existence, d'immenses nuages de ce gaz se sont effondrés sur eux-mêmes sous l'effet de la gravité, formant de gigantesques trous noirs de millions, voire de milliards de masses solaires. Ce sont les fameux "Quasars" que nous observons aujourd'hui aux confins de l'Univers, première étape dans la formation des galaxies.

Mais de plus petits nuages se sont aussi effondrés sur eux-mêmes partout autour des ces Quasars formant des sphères de plus en plus chaudes (le gaz comprimé s’échauffe). Lorsque le cœur de la protoétoile atteint 15 millions de degrés, l’hydrogène fusionne et se transforme en hélium. La sphère devient très lumineuse et chaude, elle « s’allume ». Une réaction nucléaire continue est enclenchée en son sein. Une étoile vient de naître. L’Univers passe des ténèbres à la lumière. Les étoiles sont des creusets gigantesques qui durant toute leur vie transmutent la matière grâce aux réactions nucléaires dans leur cœur. 

C'est ainsi qu'au fil des millions d’années, l’hélium se transforme en carbone, en oxygène, en magnésium, en calcium, etc. Jusqu’au fer. Une fois le cœur de l’étoile composé uniquement de fer, le feu nucléaire s’éteint, l'étoile s'effondre sur elle-même et c’est l’explosion. Le phénomène est d’une rare violence. On l’appelle Supernova. L’étoile devient pour quelques instants aussi brillante qu’un milliard de Soleil.

Lors de ces explosions, d’autres précieux atomes sont créés. De l’or, de l’uranium, et bien d'autres atomes "lourds". Ils sont éjectés à vive allure dans tout l’espace environnant, se mélangeant aux autres innombrables nuages de gaz d’hydrogène, et grâce aussi au puissant "souffle" des trous noirs super massifs (également appelés jets).

Et le cycle se poursuit ainsi.

Toutefois, à ce stade, il est intéressant de remarquer qu’il existe désormais dans l’espace des atomes « lourds ». Des atomes qui vont permettre de fabriquer des objets solides tels que des poussières, des grains, des astéroïdes, des comètes, et pourquoi pas des planètes comme la Terre. L’atome d’hydrogène peut même désormais « s’associer » facilement avec 2 atomes d’oxygène s’il les rencontre. Ceci donne une molécule fantastique : la molécule d’eau.

Ces molécules, piégées par milliards dans la roche lors d’une phase d’accrétion (processus identique à de la poussière qui s’agglutine sous un lit), pourront peut-être un jour former les océans d’une planète ou d’une Lune.

De l’eau, on en détecte partout dans l’espace sous cette forme moléculaire, dans les grands nuages de gaz d’hydrogène et de poussières (les nébuleuses) qui parsèment les bras spiraux des galaxies. Mais on en trouve aussi jusqu’à 15 à 20% dans certaines météorites riches en carbone ! Et même sur des lunes autour des planètes géantes de notre système solaire. Par exemple, un immense océan se cache sous la banquise d’Europe, satellite de la géante gazeuse Jupiter.

Le miracle de l’eau, c’est que la matière peut continuer à se complexifier. L’eau liquide est un fantastique catalyseur qui permet à la chimie d’opérer. Les molécules complexes carbonées se combinent à l’infini. La vie va pouvoir « apparaitre » et se développer.

De simples bactéries microscopiques sont déjà des êtres vivants d’une incroyable complexité ! Toute notre science ne suffit pas à reproduire ce phénomène en laboratoire. Cette vie « primitive », c’est justement ce que recherchent les Rovers envoyés sur Mars depuis des décennies. Même sous une forme fossile, ce serait déjà fascinant d’en découvrir.

L’Univers semble donc être une machine programmée pour complexifier la matière jusqu’à, pourquoi pas, la mener à des êtres doués d’intelligence. Ceci, bien sûr, si les conditions sont requises sur l’astre qui abrite la dite forme vie. Pour cela, il ne faut pas trop de catastrophe afin que la nature ait le temps de faire évoluer une espèce plus douée et prolifique que les autres.

Notre planète bleue, la Terre, est un joyau perdu au milieu d'un vaste Univers. Une oasis de vie. Une réussite totale. Et nous, humains, en sommes aussi les fruits, constitués de ces cendres stellaires issues de générations d’étoiles ayant précédées notre Soleil.

Et puis, il y a la conscience. Qu'est ce que c'est que ça ?... La physique quantique nous apprend que c'est elle qui rend "réel" l'Univers que l'on observe... Un mystère de plus, et sans doute pour l'Homme, à nouveau un long processus d'observation et d'apprentissage pour en savoir davantage à ce sujet !

 

La grande nébuleuse d'Orion :

La galaxie du Triangle :