(PHOTO OCTOBRE 2019)

LA TETE DANS LES ETOILES

Je suis passionné par l'astronomie depuis 1977. A cette époque, j'avais 12 ans...

C'est un livre intitulé "Le Ciel", offert par un oncle lors du Noël 1977, qui va faire naître ce que sera ma passion pour le reste de ma vie… En effet, je débute d'abord l’observation du ciel, par curiosité, avec une petite lunette de 40 mm. Puis, deux ans plus tard, une 60/700 sur monture azimutale et un télescope équatorial de 115/900 me permettent de dessiner les reliefs de la Lune, Saturne et ses anneaux, la danse des satellites de Jupiter, la galaxie d'Andromède, etc. Le virus est pris. J'ai toujours les cahiers avec la centaine de dessins...

C'est aussi en cette fin des années 70 que le père d'un copain me donne un petit morceau de marcassite (un sulfure de fer terrestre) en m'assurant de bonne foi que c'est une météorite. Je vais le garder longtemps avant de découvrir son erreur...

Tout en étant collectionneur de minéraux et fossiles durant les années qui suivent, ma passion pour le ciel ne fait que continuer à croitre (astrophotographie). En parallèle, dès 1989/1990, je commence à m’intéresser aux météorites. Très vite, perfectionnant mon anglais, je dévore les écrits américains à leur sujet, tout en faisant très timidement mes premiers achats auprès des gros collectionneurs connus de l’époque tels que Robert HAAG, David NEW, Michael CASPER, Blaine REED, entre autres, puis, auprès du non moins célèbre collectionneur et négociant français Alain CARION.

Un jour, voulant tenter ma chance, je fais ce que ces américains font déjà dans leurs revues d'astronomie (Sky and Telescope, par exemple, pour laquelle j'étais abonné), je passe moi-même une annonce "très particulière" dans deux revues d'astronomie françaises. Là où d'autres proposaient depuis toujours lunettes, télescopes, miroirs paraboliques ou oculaires, ma petite annonce en interpelle certains... Jugez plutôt :

"A vendre, météorite !  Appelée Canyon Diablo, il s'agit d'un fragment de l'astéroïde à l'origine du célèbre Meteor Crater d'Arizona. la météorite est classée sidérite octaédrite. Spécimen de 168 grammes cédé pour 400FF port compris. Authenticité garantie par certificat. Contactez Fabrice, collectionneur, à ce numéro ...".  

Et ça marche ! J'ai très vite quelques contacts, et je pratique même mes premiers échanges. Mais surtout, la revente de mes doublons me permet d'améliorer substentiellement la collection. Nous sommes à l'automne 1992. J'exerce depuis 7 années mon métier d'informaticien, analyste-programmeur. Un soir, lors d'une émission de "Envoyé Spécial" consacrée à l'américain Robert HAAG et à sa fabuleuse collection obtenue grâce au négoce, je prends soudain une grande décision. Ayant déjà accumulé pas mal de contacts en France et à l'étranger, je décide de devenir moi aussi négociant en météorites.

La SARL « Azur Météorites » va naître quelques semaines plus tard.

En quelques mois, l'affaire prend très vite de l'envergure. Pour me faire connaître en tant que vendeur, je multiplie les conférences, les bourses, les festivals et expositions dans les petits clubs et observatoires astronomiques du sud de la France. Je participe notamment en tant qu'exposant à quelques "Nuit des étoiles", animées par Claude SERILLON et Hubert REEVES. Je suis présent à l'Observatoire du Pic des Fées pour une exposition et y tenir une conférence sur les météorites, la nuit où la comète Shoemaker-Levy tombe en direct sur la planète Jupiter (juillet 1994). C'est à cette période que je fais aussi ma première télé (France 3 Lyon) et que je prépare la première exposition de ma collection qui compte déjà une cinquantaine de kilos de spécimens. Elle se tiendra dans les prestigieuses vitrines du grand hall du Relais-Chateau 5 étoiles de Rochegude (Drôme), où elle émerveillera des dizaines de personnalités venues y séjourner.

Me libérant petit à petit de mes contraintes professionnelles liées à mon ancien emploi d'informaticien, je réponds de plus en plus efficacement à la demande sans cesse croissante, émanant surtout de tous ces passionnés du ciel. Une petite centaine deviendront vite de véritables "accros" à ces cailloux noirs... C'est le début d'une belle aventure et de magnifiques rencontres.

Jusqu’en 2004, j’ai la chance d’exercer cette merveilleuse profession de « marchand de pierres célestes ». En effet, c’est à cette date qu’une autre très belle opportunité professionnelle s’offre à moi, et que je m’en saisis. Je procède alors à la cessation d'activité de ma société "Azur Météorites", et redeviens un simple collectionneur.

En 2010, une obligation familiale me contraint à revendre la totalité de ma collection, soit 300 Kg de pierres célestes de toute sorte. Je me souviens de Luc LABENNE me disant "Fabrice, tu vas vite y revenir !". Attendant patiemment de pouvoir me relancer dans l'aventure, je rachète enfin, 5 ans plus tard, ma première météorite.

JUIN 2015 :  je débute une nouvelle collection de météorites !

La première règle de conduite adoptée est la suivante : contrairement à ce que je pratiquais avec ma précédente collection, sauf cas très exceptionnel, je ne revends strictement rien de ce que j'achète.

Quelques mois plus tard, ce site prend naissance afin de pouvoir continuer à partager ma passion. De la plus petite à la plus grosse, toutes les pièces que je vous présente sont dans mes vitrines.

www.meteoritefall.fr

J'observe toujours le ciel de temps en temps avec quelques passionnés. Je possède pour cela un très bon télescope de 305 mm. Vous pouvez voir dans le menu déroulant ci-contre quelques photos souvenirs à ce sujet.

Voilà. En compagnie des météorites qui rentreront au fil du temps dans la collection, je vous invite à découvrir l'incroyable diversité de notre système solaire au travers de ma modeste collection... Et j'espère ainsi susciter encore des passions !

Bon voyage, la tête dans les étoiles !

Fabrice, octobre 2015.