La météorite d'ENSISHEIM

La météorite d’Ensisheim (Alsace, France) est exceptionnelle car elle est la plus ancienne qui ait été recueillie et conservée dans le monde occidental. Elle est de type pierreuse, classée chondrite ordinaire de type LL6 et pèse actuellement 53,831 kg.

Les conditions de la chute de la météorite d’Ensisheim nous sont bien connues, retracées par divers documents de l'époque. On sait notamment qu’elle est tombée le 7 novembre 1492 entre 11h00 et midi dans un champ de blé en lisiére de forêt, au lieu-dit Les Otrois Laubourg, accompagnée d'un vacarme assourdissant. D’un poids de 260 livres (un peu moins de 130 Kg), elle s’était enfoncée d’un mètre dans le sol.

Un jeune garçon, témoin de l’arrivée de cette pierre tombée du ciel, conduisit quelques villageois curieux jusqu'au point de chute marqué par un cratère de deux mètres de diamètre. L'émotion passée, ces gens se mirent à en prélever des fragments pour en faire des « amulettes » porte-bonheur... Le bailli fit rapidement cesser ce pillage, et, à la suite de la visite du roi allemand Maximilien 1er, qui avait vu dans la pierre "un signe divin de bon augure", elle fut suspendu par une chaîne dans le chœur de l'église paroissiale Saint Martin.

La météorite y reste jusqu'en 1793, date à laquelle les autorités la mettent à la vue du public dans la Bibliothèque Nationale de Colmar. De nombreux prélèvements sont réalisés : cadeaux pour des visiteurs d'importance, spécimen à analyser pour Ernst Chladni. En 1803, après le fameux rapport de Jean Baptise BIOT sur la chute de l'Aigle (Orne, France) - voir onglet ZOOM - , la ville d'Ensisheim la récupère et la replace dans son église. Le 6 novembre 1854, l'église voit son clocher s'effondrer. La météorite est alors remisée à l'école, puis à l'Hôtel de la Régence devenu par la suite la mairie. Elle y est toujours.

Des fragments se trouvent répartis dans divers musées à travers le monde. Ceux de Vienne, Saint-Pétersbourg, New-York, le British Museum de Londres, etc. en possèdent un bel échantillon. Quelques minuscules bouts circulent de temps en temps sur le marché, que s'arrachent à prix d'or les collectionneurs.

Ci dessus à gauche, mon premier contact avec la météorite d'ENSISHEIM, en 1993.

Puis, à droite, nouvelle visite de ma part en 2009.

Stèle sur le lieu supposé de la chute du 7 novembre 1492 (photo de 2009).

 

Mon spécimen de la météorite d'ENSISHEIM (page 16) :

Merci à André BESSON, gardien de la météorite d'ENSISHEIM, précédent et heureux propriétaire de cette plaque de 0,5 g !

LE "METEORITES SHOW" D'ENSISHEIM :

En juin 2019 avait lieu à ENSISHEIM la 20ème bourse aux météorites. Ici se regroupent chaque année la majorité des vendeurs internationnaux de pierres célestes pour proposer leurs trésors aux collectionneurs de toute l'Europe.