Gravure de la météorite d'Ensisheim (Alsace - 1492) et photo de la météorite Willamette (Orégon - 1902)

Ensisheim color
Willamette

BREF HISTORIQUE DE L'INTERET POUR LES METEORITES

Des pierres tombent du ciel depuis la nuit des temps. Seraient-ce des « pierres de tonnerre », c’est-à-dire le résultat de la foudre tombée au sol ? Ou bien des pierres soufflées par des vents violents au sommet des montagnes retombant dans les plaines ?? Ou est-ce tout simplement une hallucination de l'homme ???

Les hommes ont mis du temps à comprendre et à admettre ce qu’était ce phénomène naturel.

C'est la « chute multiple » de L'Aigle, dans l'Orne, le 26 avril 1803 qui va faire admettre définitivement à la communauté scientifique mondiale que les pierres qui tombent du ciel viennent bien de l'espace.

Ce jour-là, le ciel est serein et dégagé. Puis soudain, une boule de feu apparaît et traverse le ciel en trombe. Quelques instants plus tard, de violentes détonations retentissent. Le petit astéroïde vient d’exploser en une myriade de fragments et des milliers de pierres s'abattent sur le village de L'Aigle et ses alentours.

Jean Baptiste BIOT (1774-1862), scientifique français, quitte Paris le 26 juin suivant pour aller enquêter sur l'évènement. BIOT va interroger des dizaines de témoins et récolter des centaines de pierres, toutes recouvertes d'une mince pellicule, une croûte noire bien étrange.

Il faut se rendre à l'évidence, ces pierres n'ont rien de semblable avec les roches locales. Mais par contre, elles ressemblent beaucoup à d'autres pierres que l'on dit être tombées du ciel dans d’autres contrées, et dans les mêmes circonstances.

En août 1803, BIOT publie son rapport qui met fin à la controverse sur l'origine des météorites. Pour lui, c'est certain, les pierres qui tombent du ciel viennent bien de l'espace.

Désormais, les météorites seront toujours baptisées (nom du village ou autre lieu le plus proche, ou, numéro si la météorite est trouvée dans une zone désertique), analysées, classées et conservées comme de véritables trésors.

 

LES CHUTES ET LES TROUVAILLES

 

La météorite que l'on voit tomber et que l'on ramasse est une « chute observée ». Dans ce cas, la pierre qui dérive dans l'espace depuis des milliards d'années se retrouve dans une trajectoire de collision avec notre planète. Elle traverse en moins de 2 minutes l'atmosphère de la Terre avant de s'écraser au sol. Là, des témoins de sa chute vont immédiatement la ramasser. Ou alors, ils trouvent la pierre dans les jours ou semaines qui suivent. Les pierres sont dites « fraîches », c'est à dire qu'elles n'ont pas eu le temps de subir trop de contamination terrestre. Pour les scientifiques qui les étudient, c'est idéal. En moyenne, 8 à 9 chutes observées rentrent ainsi dans les collections mondiales chaque année.

Une trouvaille est une météorite que l'on découvre par hasard, sans que personne n'ait assisté à sa chute. Celle-ci peut donc remonter à des années, des siècles, voire des millénaires selon les terrains. Les météorites que l'on trouve sont donc moins précieuses pour les scientifiques du fait de leur long séjour sur Terre. Elles n'en restent pas moins les plus abondantes dans les collections mondiales. Près de 60.000 météorites sont répertoriées à ce jour, et pour l'essentiel, ce sont des trouvailles.

 

OU TROUVER DES METEORITES ?

 

Il devient évident que si vous attendez d'être témoin d'une chute pour posséder une météorite, il est fort probable que toute votre vie n'y suffira pas... De là, l'idée d'aller les chercher ! Mais où ??

Pourquoi ne pas aller sur le lieu où une chute s'est déjà produite ? En effet, il est courant qu'une météorite qui rentre dans l'atmosphère se fragmente, arrivant au sol sous forme d'une myriade de pierres éparpillées sur des dizaines de km2. Peut-être que toutes n'ont pas été ramassées et qu'il en reste ? Et bien vous auriez raison de tenter cela, car c'est souvent le cas !

Vous pouvez aussi décider d'aller dans une zone aride, où il y a peu de végétation. Tous les grands déserts de la planète sont en fait de merveilleux terrains de chasse. Surtout ceux dont le sol est dur, stable et clair. Pourquoi ?

Et bien d'abord parce qu'il y a moins d'humidité pour s'attaquer à la structure des météorites. En effet, ces pierres contiennent, pour beaucoup, du fer en forte proportion. L'humidité les altère donc très vite. Dans un désert, ce phénomène de corrosion sera donc plus lent. Les météorites resteront donc reconnaissables plus longtemps, sur des durées de plusieurs millénaires !

Ensuite, parce que sans végétation pour le masquer, un caillou noir sur un sol clair se repère bien, et de très loin. Difficile de passer à côté sans le voir...

Il est désormais évident qu'il faut éliminer les zones tempérées ou humides de la planète pour y chercher les pierres tombées du ciel, et que ce sont plutôt les déserts qui sont à privilégier.

A noter que l'Antarctique est un immense réservoir de météorites. C'est là que les scientifiques les traquent. En effet, la glace, c'est sec ! Et une pierre noire s'y repère encore plus facilement !

 

QU'EST CE QU'UNE METEORITE ?

 

Les météorites sont de précieux témoins de la formation de notre système solaire. Ces fossiles contiennent en leur sein une myriade d'informations qui nous renseignent sur les matériaux présents lors de la formation des planètes autour du jeune Soleil, il y a 4,567 milliards d'années.

Il existe une grande variété de météorites. Elles sont donc classées précisément dans l’un des deux grands groupes après leur analyse en laboratoire.

Les « chondrites » sont les plus primitives, et les plus abondantes. Cette matière n'a pas évoluée depuis qu'elle s'est accrétée (agglomérée). Pour certaines, elles arrivent sur Terre comme si elles s'étaient formées hier ! Cette famille représente 85% dans nos collections mondiales. On compte parmi celle-ci les « chondrites carbonées », des météorites extraordinaires soupçonnées d'être à l'origine de l'eau et de la vie sur notre planète !

Les météorites dites « différenciées » sont des objets (à la base chondritiques) qui ont évolué. En fait, la matière primitive a fondu au moment où elle a formé un gros astéroïde (souvent une petite planète sphérique) et a fait place à tout une gamme de nouveaux objets, tels que les « achondrites » (des basaltes, des roches ignées formant la surface), des « mixtes » (mélanges de fer et d'olivine) et des fers (issus du cœur). Par la suite, la fragmentation plus ou moins partielle de cette petite planète suite à une violente collision a distribué dans l'espace ces nouveaux matériaux. Matériaux qui arrivent sur Terre sous forme de météorites.

Il ne vous aura pas échappé que la Terre est une planète différenciée...

Parmi les « achondrites », on compte les fameuses météorites lunaires et martiennes, ainsi que quelques curiosités dites « achondrites primitives ». Bien qu'elles aient fondu, ces dernières conservent certaines propriétés caractéristiques propres aux « chondrites ».

 

D'OU VIENNENT LES METEORITES ?

 

La majorité des météorites viennent de la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter.

On le sait pour plusieurs raisons, D'abord parce qu'un certains nombres de chutes ont été filmées sur Terre sous des angles différents. La trajectoire initiale, puis l'orbite de ces objets ont ainsi pu être calculés. Tous provenaient de la ceinture d'astéroïdes. D'autre part, les études spectroscopiques (analyse chimique par la lumière qui est réfléchie) ont révélé la composition de surface des astéroïdes. Elle correspond majoritairement à ce qui nous tombe du ciel. Enfin, les quelques sondes qui se sont aventurées vers ces gros cailloux ont confirmé ce que nous savions déjà. Par exemple, le fait que l'astéroïde VESTA était à l'origine des météorites « achondrites HED», ou Howardites, Eucrites et Diogénites.

Comme nous l'avons vu précédemment, certaines météorites viennent de La Lune et de Mars. Ce sont des impacts à la surface de ces 2 corps qui ont éjectés dans l’espace des fragments de leur sol respectif.

Quelques-unes aussi pourraient provenir de la Terre primitive elle-même. La météorite baptisée NWA5363, classée  Achondrite Brachinite non groupée, est soupçonnée d’être un fragment de la toute jeune Terre.

Enfin, certaines, très primitives, telle la météorite d'Orgueil tombée près de Montauban en mai 1864, sont supposées être des noyaux cométaires défunts.

 

LA FORMATION D'UN CRATERE D'IMPACT, ET SES CONSEQUENCES

 

Toute la question est de savoir où l'objet va tomber et qu'elle est sa taille.

D'abord, il y a 70% de chance que l'évènement se produise en mer au regard de la superficie des océans sur notre planète. Et pour le reste, cela dépendra si la zone d'impact est ou non habitée...

Une petite météorite de quelques kilos qui tombe au sol sous son propre poids ne fait qu'un trou, voire pas de trou du tout si le sol est très dur. En effet, après avoir été très ralentie dans l'atmosphère, elle termine sa chute comme un simple caillou que l'on aurait lâché d'une altitude de 15 à 20 Km. Il ne faut simplement pas prendre la pierre sur la tête...

Un petit astéroïde, de la taille d'un immeuble de 4 ou 5 étages explosant à haute altitude, provoquera une déflagration qui, si elle se produit au-dessus d'une ville, engendrera d'énormes dégâts et des dizaines de milliers de victimes. Les plus gros fragments de la météorite qui percuteront éventuellement le sol feront eux aussi des dégâts conséquents si la zone est urbanisée.

Un phénomène équivalent s'est produit en 1908 au-dessus de la Tungouska, en Sibérie. L'objet s'est complètement désintégré dans l'atmosphère en explosant violemment. L'onde de choc a aplatie 2000 Km2 de forêt ! Les traces de cette catastrophe sont encore visibles aujourd'hui. Si cet événement s'était produit quelques heures plus tard, le temps que la Terre tourne un tout petit peu sur son axe, une capitale Européenne aurait été rayée de la carte. Et tous les livres d'histoire en parleraient...

Plus récemment (15 février 2013), au-dessus de la ville de Cheliabinsk, en Russie, un objet d’une dizaine de mètres a explosé, faisant voler en éclat toutes les vitres des habitations. Une pluie de pierres s’est ensuite abattue à la sortie de la ville. Il y eu quelques blessés à cause des éclats de verre.

Le Météor Crater d'Arizona est un bel exemple de cratère d'impact creusé par un petit astéroïde. Et là, pour le coup, il était vraiment petit ! Seulement 30 mètres de diamètre ! Mais sa particularité était qu'il était 100% composé de fer (rappelez-vous les météorites différenciées). Il a creusé un cratère de 1200 mètres de diamètre et de plus de 300 mètres de profondeur ! Toute vie dans un rayon de 5 Km a été instantanément détruite, et elle fut fortement atteinte jusqu'à une quinzaine de kilomètres. Cela s'est passé il y a 50.000 ans. Hier au regard des temps géologiques. Imaginez la même chose aujourd'hui sur une capitale... Et imaginez ce que ferait un objet de 1, 2 ou 10 Km de diamètre ! Une montagne comme l'Everest s'abattant sur Terre à 20 Km/seconde !... Un cataclysme planétaire en perspective, comme celui vécu par les dinosaures, il y a 65 millions d'années.

Les cratères d'impact se forment lorsque l'objet explose dans le sol terrestre. Explications...

D'abord, l'objet pénètre dans le sol à 20 Km à la seconde, il s'y enfonce un peu et se retrouve instantanément freiné. Toute son énergie cinétique se transforme alors en énergie thermique qui se libère instantanément, provoquant une fusion et une désintégration complète de l'impacteur, suivi d'une terrible explosion entrainant la formation d'un énorme cratère (en moyenne, 20x la taille de l'objet initial si il est pierreux). Enfin, le fond du cratère, écrasé par l'arrivée du bolide quelques instants plus tôt, se libère de la pression qu'il a subi et rebondi, éjectant du matériau à très haute altitude, formant parfois un pic central (observable dans certains grands cratères lunaires, par exemple).

Le cratère qui est à l'origine de la fin du règne des dinosaures se trouve dans la péninsule du Yucatan, au Mexique. Il mesure 200 Km de diamètre. C'est un Everest qui s'est abattu sur la Terre ce jour-là...

La couche KT (pour Crétacé Tertiaire) qui sépare partout dans le monde (on l'a même retrouvé au fond des océans) l'ère des dinosaures de celle des mammifères, est épaisse de 1 cm en moyenne (jusqu'à 50 cm près de la zone d'impact). Il s'agit de la couche des retombées mondiales liées à l'impact du Yucatan, au Mexique.

Meteor Crater d'Arizona, et Kamil Crater d'Egypte

Meteor crater
Kamil crater

Photo Luc LABENNE

Labenne meteorite

CLASSIFICATION DES METEORITES

Sous le terme de "météorite" se cache en réalité une très grande diversité de roches de composition, d'origine et d'âge différents.

Leur classification ne cesse d'évoluer avec les nouvelles découvertes faites dans les grands déserts aux 4 coins du monde. À partir des quatres grandes familles que sont les chondrites, achondrites, sidérites et météorites mixtes, voici les catégories et sous-catégories communément admises :

Classification
×