Toutes les météorites sont très précieuses

Météorite de type "chondrite carbonée CV3"

Chondrite carbonee cv3 a
Chondrite carbonee cv3 b

CHONDRITE CARBONEE CV3

Sans doute appariée à NWA 7865 qui fut découverte dans le Sahara en 2012, il s'agit d'une chondrite carbonée de type CV3.

Une très belle inclusion blanche (CAI) est visible en surface.

Pierre complète de 81 grammes.

Les chondrites de type CV sont nommées d’après la météorite italienne de Vigarano (chute observée de 1910). Elles présentent des chondres relativement grands. Les CV incluent souvent dans leur matrice des formations minérales annexes au chondres, comme des inclusions "organiques" ou des inclusions « réfractaires ». Les inclusions réfractaires, riches en titane, calcium et aluminium (appelées plus communément CAl’s) sont les premières formes minérales condensées dans la nébuleuse présolaire, qui se sont ensuite faites piéger lors de l’accrétion des corps chondritiques.  Leur âge de formation est de 4,57 milliards d’années, point d’origine pour la mesure de l’âge du Système Solaire. Les inclusions organiques quant à elles, se sont avérées être extrêmement proches des chondrites de type CI, tant au niveau de la structure que de la richesse en molécules hydratées complexes. A noter que les roches proches des CI ne sont pas les seuls exemples d’inclusions carbonées que l’on peut trouver dans les CV.

 

Météorites non classées de type "chondrite"

Chondrite nwa 1

CHONDRITES NWA non classées

Ces 3 météorites ont été découvertes dans le Nord-Ouest du Sahara, en Afrique. On ne sait pas quand elles sont tombées. Sans doute, il y a des siècles, voire des milliers d'années. Le désert a permis de les conserver un peu plus longtemps que si elles étaient tombées dans une zone humide ou tempérée de la planète.

Il s'agit de chondrites dites "ordinaires". Elles représentent le matériau primitif du système solaire, le plus abondant à tomber sur Terre sous forme de météorites (environ 80% de toutes les chutes). Leur prix reste très attractif sur le marché des collectionneurs, et de telles météorites se négocient parfois à moins de 50 centimes d'euro le gramme (2017) lorsqu'elles sont de cette qualité.

Pierres complètes de 840, 1118 et 1421 grammes avec croûte de fusion encore très bien visible.

Météorite de type "achondrite eucrite"

Achondrite eucrite 33 g

Achondrite EUCRITE

Cette météorite a été découverte dans le nord-ouest du désert du Sahara, en Afrique. Personne ne sait quand elle est tombée, mais sa chute remonte à quelques décennies, tout au plus. Il s'agit d'un type rare de météorite appartenant à la famille des HED : une achondrite eucrite. Ces météorites sont des fragments de surface de l'astéroïde Vesta (situé entre Mars et Jupiter), éjectés dans l'espace suite à un impact, puis échoués sur Terre. 

Fragment de 33 grammes avec une face polie et croûte de fusion fraîche.

Les achondrites HED (Howardites, Eucrites, Diogénites) sont des météorites dites différenciées dans lesquelles les silicates ne coexistent plus avec le fer-nickel (ou en quantité négligeable). Elles sont le résultat de la différenciation de matériaux primitifs dans un même corps. Cette séparation a conduit à une nouvelle structure avec un cœur métallique de forte densité (environ 8Kg/L) et une croûte formée de couches de roches magmatiques plus légères (environ 3Kg/L), à l'origine des HED. L’astéroïde qui est la source commune des HED a été identifié : il s’agit de Vesta, situé entre Mars et Jupiter dans la ceinture d’astéroïdes. Il fut observé pour la première fois en 1807 par l’astronome Heinrich Ölbers.

La lunaire NWA 11273

Nwa11273 lunaire 1
Nwa11273 lunaire 2

Météorite lunaire NWA 11273

Plus de 2,8 Kilos de fragments d'une rare météorite ont été découverts en avril 2017 près de Tindouf, en Algérie. Elle vient d'être classée par le Dr Anthony Irwing de l'Université de Washinton (juin 2017) en achondrite d'origine lunaire de type "feldspathic regolith breccia".

C'est une découverte exceptionnelle qui rend pour un temps un peu plus accessible au niveau prix les roches lunaires...

Pour en savoir davantage, consultez le "Meteoritical Bulletin N° 106" publié le 13/10/2017.

https://www.lpi.usra.edu/meteor/metbull.php?code=66064

Spécimen complet de 3,7 grammes

×