Toutes les météorites sont précieuses !

Carbonée CK5 en cours de classification au CEREGE

OUARGLA 004 (nom proposé)

D'après les dernières informations données par le CEREGE d'Aix en Provence en charge de l'analyse (mars 2020), il s'agirait bien d'une chondrite carbonée CK5. Les analyses se poursuivent toujours en cette fin d'été, compliquées par la situation dans le pays (Covid-19).

En attente de la classification officielle... A suivre...

Cette météorite fait partie d'un lot de pierres, très noires et toutes identiques, découvertes dans une même zone en Algérie fin 2019.

Pierre complète de 109 grammes

Chondrite complète de 12 Kg !

CHONDRITE du Nord Ouest du Sahara, Afrique

Découverte au printemps 2020 en Mauritanie (dans le désert près de Nouadibou), cette magnifique météorite présente une croûte de fusion encore fraîche laissant supposer que sa chute remonte à quelques siècles tout au plus. Il s'agit d'une chondrite, et au regard de son magnétisme élevé, probablement d'un type H.

Depuis juillet 2020, cette pièce agrémente avec brio une de mes vitrines.

Voir l'onglet "zoom : météorites NWA" pour davantage d'information sur ces météorites qui sont découvertes dans le Sahara.

Pierre complète pesant exactement 12 Kg

(Merci à Jérémy BASSEMON qui débute dans la vente de météorites, et qui a su me dénicher cette superbe pièce !)

La chondrite de Rumuruti AWSSERD

AWSSERD

Seize pierres très fraîches pour un poids total de 924 grammes ont été découvertes le 10 janvier 2017 à 5 Km du village d'Aousserd de la région de Dakhla, au Maroc, dans l'ouest du Sahara.

Cette météorite rare a été classée chondrite de Rumuruti R4. On a tout d'abord cru que toutes les rumurutites étaient sans exception de type pétrologique 3, et de ce fait quasiment inchangées depuis la genèse du Système Solaire. Mais nous possédons aujourd'hui des exemples de types R3, R4, R5, R6 et même des pierres bréchiformes mélangeant différentes pétrologies, comme des R3-5 ou des R4-6. Ces météorites contiennent en premier lieu de l'olivine, du pyroxène, de la troïlite, le ferronickel étant presque absent. De plus, elles détiennent le record de pauvreté en oxygène-16 de toutes les météorites !

Pierre complète de 63,6 grammes (avec une petite fenêtre polie)

Voir mes 2 autres pièces pages 11 & 14

https://www.lpi.usra.edu/meteor/metbull.php?code=66144

Les chondrites de type Rumuruti sont de très rares météorites (226 répertoriées à mi-2020, dont 58 de type R4). On a autrefois connu ce groupe sous la dénomination « Lacs Carlisle Meteorites », suite à une météorite qui fut trouvée dans ce lieu, en Australie, en 1977. Le groupe est depuis l'année 1993 renommé R, pour "Rumuruti", suite à une chute observée au Kenya, en 1934. La Météorite de Rumuruti est d’ailleurs la seule chute observée de ce groupe, et seulement un petit fragment a été préservé depuis 1938 dans la collection du Musée Humboldt de Berlin, en Allemagne. La plupart des chondrites R sont bréchiques.

La météorite martienne NWA 12269

Débutant dans le négoce des météorites et recherchant des météorites martiennes, Jérémy BASSEMON acheta ce lot complet de 78,6 g en mars 2020 auprès d'un négociant marocain réputé. J'ai immédiatement réservé cette pièce. A ma grande surprise lorsque Jérémy me l'a remise en main propre, il y avait un peu de croûte de fusion sur un bord !

Ci-dessus, encore dans les mains du marocain, ma pièce de 29 grammes désignée par une flèche.

Classif en cours, appariée à NWA 12269

Près de 1,7 Kg de fragments ont été découverts en Afrique du Nord Ouest début 2018 (Sahara Algérien à priori). Dès qu'il a vu le lot, Mohamed AID a suspecté cette météorite d'être un type rare. Il l'a immédiatement acheté. C'était à Ouarzazate, au Maroc, en juillet 2018. Mohamed AID est un célèbre chasseur de météorites connu dans le monde entier pour ses découvertes de lunaires, et de la non moins célèbre météorite martienne "Black Beauty" !

Confiée par ses soins à l'Université de Washington à Seattle (USA), la météorite a été analysée, puis classée. Il s'agit d'une achondrite Shergottite d'origine martienne avec un assez faible degré d'oxydation terrestre.

Avec les 2 autres appariées classées en 2019, cela porte déjà le poids total de cette chute à environ 2 Kg (NWA 12919 de 7,5 g + NWA 13106 de 320 g). En ce mois de septembre 2020, les échantillons de Jérémy BASSEMON sont en cours de classification au CEREGE d'Aix-en-Provence, en qualité d'appariée à la 12269. A suivre...

Fragment de 29 grammes avec de la croûte de fusion sur le bord

https://www.lpi.usra.edu/meteor/metbull.php?code=68608

LISTE DES METEORITES MARTIENNES :

http://www.nirgal.net/meteori_table.html

Achondrite EUCRITE en cours de classification :

Ci-dessus, pierre complète de 112 grammes

ACHONDRITE EUCRITE

Ces météorites font partie d'un lot de pierres, toutes identiques, découvertes dans une même zone en Algérie près de Ouargla, à la fin de l'année 2019.

Les pierres me rappellent la chute observée Australienne d'octobre 1960, "MILLBILLILLIE", que j'ai beaucoup vendu lorsque j'étais négociant dans les années 90. Ce qui me fait dire que cette météorite doit, elle aussi, être tombée courant du XXème siècle. Mais en Algérie !

En attente de la classification officielle par le CEREGE d'Aix en Provence... A suivre !...

Pierre complète de 305 grammes

La lunaire LAHMADA 047

LAHMADA 047 (appariée de la 020)

27.411°N - 9.845°W

Saguia el Hamra, Western Sahara

Classification: Lunar meteorite (feldspathic breccia)

En tout, ce sont 12,17 Kg de pierres qui ont été trouvées au nord de Jdiriya, au Maroc, près de Oued Skikima, en Novembre 2018. 

Pierre complète de 33,5 grammes

L'abondante pallasite SERICHO

SERICHO
En 2016, deux frères étaient à la recherche de leurs chameaux et sont tombés sur plusieurs grosses pierres, très denses, à l'ouest du village de Habaswein, au sud de Sericheo, au Kenya. Il n'y a pas de roches dans cette zone, alors ils ont pensé que c'était des météorites. Durant des semaines, Ils ont ensuite ramassé des centaines de spécimens avec des véhicules pour les stocker à leur domicile, à Habaswein. Les masses étaient en réalité connues des ber
gers de chameaux depuis des décennies. Un aîné du village a raconté qu'étant enfant, lui et ses frères jouaient avec les pierres. Au début du mois de janvier 2017, Michael Farmer a reçu un courriel avec une photo d'une pièce pesant 107 kg. Il a voyagé à Nairobi et a acheté cette pierre. Deux semaines plus tard, il retourna au Kenya avec Moritz Karl et se rendit à Habaswein. Là, on leur a montré plus d'une tonne de spécimens empilés dans les cours de deux maisons. Les deux collectionneurs ont évidemment acheté tout ce qu'ils trouvaient...
À ce jour (mi-2020), plusieurs gros négociants à travers la planète parlent désormais d'un poids total dépassant les 10 tonnes, découverts dans une ellipse de chute longue de 45 Km, débutant à quelques km à l'ouest de Habaswein et jusqu'au sud de Sericheo, dans le comté de Isiolo. Les plus petits morceaux ont été trouvés plus près de Habaswein, mais toujours dans le comté de Isiolo. Le filon semble s'épuiser et on remarque que les prix commencent à grimper...

Pièce complète de 1743 grammes

Ce spécimen est très volumineux, ce qui laisse penser qu'il est très riche en olivine (moins dense que le fer).

Toutes mes SERICHO achetées depuis début 2018 sont systématiquement passées au Rustol incolore afin de les protéger. Cela leur donne un aspect extérieur un peu plus sombre, et fait ressortir les olivines de surface. La météorite est souvent décrite comme non stable. Aucune de mes SERICHO ayant subit ce simple traitement n'a bougé depuis.

INFO de l'été 2020 :

Les pallasites sont les plus belles météorites car elles contiennent des cristaux gemmes d'olivine noyés dans une matrice de fer/nickel. Deux théories s'affrontaient quant à leur origine :

Soit elles étaient des sortes de résidus d'impact constituées de fragments d'astéroïdes distincts, détruits dans un premier temps suite à une collision, mais ayant réussi à se mélanger et à s'agglomérer d'une façon ou d'une autre formant ainsi un nouveau matériau (probablement par percolation du fer/nickel).

Soit elles s'étaient formées et provenaient d'une région bien particulière située entre le coeur et le manteau d'un petit astéroïde différencié (ayant volé en éclats lui aussi, suite à une violente collision, nous donnant les météorites que nous connaissons).

Des résultats publiés durant l'été 2020 concluent à la première hypothèse !

Les pallasites sont des résidus d'impact !

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-meteorite-fin-mystere-origine-pallasites-42766/

 

SERICHO... suite !! Une autre pièce de 1566 g en collection :